Réussir son entretien d’embauche et devenir un candidat mémorable !

Quand on se lance dans un recrutement, on se demande souvent comment réussir son entretien d’embauche. Comment s’y préparer au mieux, comment y être mémorable ?

A l’occasion d’une participation au podcast Sans Pipo présenté par Léo Bernard, Jean-Marie Caillaud a partagé des conseils pratiques pour naviguer dans les eaux parfois troubles de l’entretien de recrutement.

Retour sur ces conseils :

1/ Se préparer en amont de l’entretien d’embauche 

Il est parfois difficile de se positionner en tant que candidat sur l’attitude à adopter lors d’une première rencontre.

Une chose est en tout cas primordiale : soyez transparent.

Vous ne connaissez pas le dress code de l’entreprise et cela vous empêche de vous projeter pour l’entretien ? N’hésitez pas à poser la question. C’est en établissant un lien intelligible et clair que pourra se construire la relation d’intimité entre recruteur et recruté

Parfois mythifié, l’entretien d’embauche est avant tout un échange. Il faut savoir casser les habitudes, oublier les phrases toutes faites qui finissent par vous desservir. Le recruteur sera peut-être votre futur collègue et cherche l’authenticité. Pour être un bon candidat, il ne faut surtout pas oublier qui on est.

Mais alors, faut-il préparer sa présentation ou laisser le feeling décider ?

‘Présentez-vous’

Cette phrase est souvent redoutée et il est compliqué d’y répondre. Cherchez à cibler les aspects de votre présentation en fonction du poste à pourvoir, ne tombez pas dans l’infobésité.

On a tendance à vite tomber dans la biographie d’une personne

Cependant, le recruteur ne peut pas prendre de décision sans information. Alors n’en dites pas trop sans tomber dans l’effet inverse. Le but est alors de choisir les informations cohérentes, pertinentes sur lesquelles le recruteur pourra s’appuyer. Ainsi vous l’invitez à évaluer plutôt qu’à juger.

Faites apprécier au recruteur votre réflexion et votre projection dans l’entreprise : soyez synthétique et montrez les raisons de votre présence.

Liez vos expériences passées avec les missions du descriptif de poste.

Il n’y a pas de secret : il y a de très grandes chances que ce que cherche le recruteur soit dans l’offre d’emploi ! Donc reprenez chaque tâche de la fiche de poste ou de l’offre d’emploi, et réfléchissez à ce que vous avez déjà fait dans votre vie professionnelle qui puisse vous apporté une légitimité sur le sujet, et rassurer le recruteur.

Donnez des preuves. Donnez des exemples.

C’est une chose de dire “je m’adapte vite”. C’en est une autre que de donner un exemple de situation dans laquelle vous avez effectivement dû vous adapter vite, et où vous l’avez fait avec succès.

Si possible, parlez de vos réussites.

Quelles sont les conséquences de votre travail ? Avez-vous des faits ou des chiffres qui sont là pour appuyer que vous avez eu un vrai impact sur votre activité ?

Sachez rester authentique et n’oubliez pas que si l’entretien d’embauche s’apparente parfois à un jeu de rôle, c’est un jeu sans règle ferme. Misez sur la cohérence de votre profil ainsi que sur votre motivation.

Un candidat qui correspond qu’à 70% du profil mais qui montre une motivation hors norme fera toujours un impact plus fort qu’un candidat correspondant à 90% au poste mais ne montrant aucune motivation

Alors candidats, soyez parés à tout, développez votre motivation et soyez transparent.

Doit-on faire des recherches sur le manager et le recruteur avant l’entretien ?

Prendre des infos sur les personnes que vous allez rencontrer peut être une bonne idée, surtout pour rééquilibrer l’échange (après tout, l’entreprise aura déjà un paquet d’infos sur vous grâce à votre CV avant même de vous rencontrer).
Evitez, en revanche, de le mentionner. Certains candidat pensent que cela démontrent de leur motivation, et si l’intention est bonne, on ne sait pas comment cela peut être interprété.

2/ Le jour J de l’entretien

Après avoir cherché les bonnes informations sur l’entreprise, préparé votre présentation personnelle et votre tenue, le jour J est enfin arrivé. Alors, comment se démarquer ?

Etre mémorable, ça ne veut pas dire être debout sur la table à faire un numéro de claquettes. Ca veut dire avoir réussi à créer un lien professionnel pendant l’entretien, lien qui fera que vous aurez tous deux, recruteur et candidat, envie de travailler ensemble.

Il faut penser à sortir du lot, mais il faut cependant le faire pour les bonnes raisons :

Faites preuve de beaucoup d’écoute

Contrairement à ce que l’on s’imagine, un recruteur ne peut pas vous piéger. Soit il sera transparent et vous fera comprendre de manière claire dans quelle direction il souhaite vous emmener, soit il souhaitera effectivement vous piéger (certaines mauvaises pratiques ont la vie dure), auquel cas

Donnez la bonne information au bon moment,

et apprenez à comprendre là où le recruteur veut vous emmener.

Aparté pour les recruteurs :

En tant que recruteurs, n’oublions pas qu’un bon candidat n’est pas nécessairement un bon professionnel.

L’entretien est avant tout un échange : une relation de pouvoir trop établie amènera un déséquilibre des rapports. Le but recherché étant la transparence, il est plus facile de l’être lorsque le candidat est le plus à l’aise possible.

Et si vos pratiques se retrouvent chamboulées par le télétravail, pas de souci : ça fait des années que nous avons développé des méthodes de recrutement à distance pour recruter à l’international, alors on en profite pour vous proposer nos meilleurs conseils dans cette situation 😉

Il faut jouer l’entretien comme une réunion de travail

Qu’on soit recruteur ou candidat, le bon ton pour dialoguer et créer un échange favorable, c’est de s’adresser à l’autre comme si c’était déjà votre collègue de travail ou votre manager. Montrez à l’autre personne qui vous êtes dans une relation de travail, et profitez de l’entretien pour vous comporter comme si vous le faisiez lors d’un travail en binôme.

Vous avez des questions ?

Il n’y a pas de mauvaise question. En revanche, demandez le montant des tickets restaurants en priorité après avoir abordé le poste pendant 1 heure peut être mal vu : il y a sans doute d’autres questions à poser en priorité, pour prendre des infos utiles pour vous ainsi que pour montrer votre intérêt. Par exemple, vous pouvez demander ce qui compte pour réussir sur le poste ? Quelles sont les possibles difficultés ou “challenges” que vous serez susceptibles de rencontrer ? Apprenez à connaître l’écosystème dans lequel vous souhaitez travailler, qui seront vos interlocuteurs ?

La première impression et l’effet de récence

Oui, la première impression marque les esprits. Elle crée plein de biais et de stéréotypes dans notre cerveau. C’est comme ça. Et les recruteurs qui se forment peuvent apprendre à les percevoir et les appréhender.

Mais la première impression peut se confirmer, s’estomper ou se contredire lors du déroulé de l’entretien.

Ce à quoi l’on pense moins, c’est la dernière impression que vous allez laisser. On revient à l’occasion de montrer votre intérêt et votre professionnalisme par des questions. A votre capacité à vous projeter dans le temps. Est-ce que le recruteur va vous laisser partir, soulagé que l’entretien soit fini, ou bien déçu de ne pas pouvoir vous embaucher tout de suite ?

C’est à vous de jouer.

3/ Et après l’entretien d’embauche ?

C’est fait. L’entretien est passé et vous pouvez repartir. Mais qu’en est-il pour la suite ? Que devez-vous faire ?

N’hésitez pas à envoyer par mail un feedback au recruteur en développant les points clés retenus et en ré-assurant votre motivation. A l’inverse, si vous avez encore des interrogations, continuez à être transparent et demandez au recruteur si vous pouvez vous permettre de lui poser encore quelques questions. Sans oublier de le remercier du temps accordé bien
sûr !

Assurez vous de bien connaître la prochaine étape de recrutement, et commencez dès lors à la préparer.

4/ Du côté du recruteur, comment ça se passe ?

On veut réussir son entretien d’embauche, et du coup on se pose mille et une questions sur ce que le recruteur a pensé de nous, ce qu’il va faire après l’entretien. Les modes de décision sont vues comme des boîtes noires en recrutement, tentons de les éclairer ensemble.

Le recruteur apparait souvent comme un filtre au recrutement, mais cette responsabilité est mois évidente qu’on ne le pense. L’entretien d’embauche “traditionnel” est plein de biais, d’incertitudes, et notre cerveau nous joue des tours pour tenter de limiter ces incertitudes. Du coup, suite un l’entretien d’embauche “traditionnel”, un recruteur a entre 75% et 80% de chance de se tromper et prendre la mauvaise décision.
Il peut structurer son processus de recrutement et de sélection pour baisser ces statistiques, mais nous travaillons avec de l’humain : il y aura toujours une part d’incertitude, et d’erreur dans les décisions de recrutement.

Il ne faut pas oublier que l’entretien d’embauche est un exercice plus ou moins fiable : il représente seulement entre 20 et 25 points de validité prédictive.

Parce qu’un bon processus de recrutement amène une bonne relation future au sein de l’entreprise, il est nécessaire de le préparer au mieux. Des deux côtés.

Prêt à réussir votre entretien d’embauche et à devenir un candidat mémorable ? Laissez-nous un commentaire si vous avez des questions, on vous aidera autant que possible !

Et si vous connaissez quelqu’un qui passe des entretiens d’embauche, faites-lui une fleur : envoyez-lui cet article 😉

DRH et Recruteurs : WorkMeTender accompagne les entreprises et vous aide à avoir une expérience candidat mémorable.

Répondre à l'article