DRH : 6 chantiers à mener en 2020

Etre DRH, c’est porter mille et une casquettes et pourtant être attendu sur un rôle de conseil pour chacune d’entre elles.
C’est être considéré responsable de tout quand par définition on ne contrôle rien.
C’est être l’interlocuteur de chacun tout gardant la hauteur de vue pour leader le collectif.

Entre transformation managériale et gestion du climat social, quels sont les chantiers recrutement qui vous attendent ? 

L’Employee Value Proposition

Pourquoi nos collaborateurs se lèvent-ils le matin ? Pourquoi restent-ils chez moi ? Qu’attendent-ils de nous ?
L’EVP est un contrat moral passé entre les salariés et l’employeur, et son caractère authentique lui permet d’être décliné sous différentes formes de storytelling et de contenus à destination de l’interne comme des futurs collaborateurs.

La professionnalisation du sourcing

Parce que trouver des candidat n’a pas été plus facile en 2019, et ne le sera certainement pas plus en 2020, il est temps d’investir dans la démarche de sourcing, c’est à dire comment vous transformer des personnes qui ne sont pas candidates, en candidats actifs et engagés dans votre process.

DRH : chantiers à mener

L’organisation Recrutement vue comme un centre de profit

Si le recrutement est bien un centre de profits et non de coûts (et nous en sommes convaincus), alors il faut le monitorer pour l’animer.
Quels sont vos objectifs ? Quels sont vos moyens ? Quelles sont les métriques que vous allez mettre en place pour le piloter ?

La standardisation du recrutement

Les recruteurs et managers passent, les besoins en recrutement restent. Comment peut-on rendre le recrutement fiable, valide et fidèle, peu importe les interlocuteurs qui le porteront face aux candidats ?

L’expérience candidat

Parce que vous dites non à 99% des candidats (ou que vous ne leur dites rien ?) et oui aux 1% que vous recrutez et choyez, vous avez plus de gens qui vont avoir une expérience délicate de votre recrutement que de personnes qui en seront ravies.
Et vous savez comment ça se passe : si vous faites juste “le boulot”, ça sera considéré comme normal. Et si vous ne répondez pas aux attentes du candidat, il sera susceptible de se plaindre.

Pensez au parallèle de l’expérience client.
Quand vous passez en caisse en magasin, si on vous passe tous les articles que l’on vous fait payer normalement avec un “Bonjour” au début et un “Bonne journée” à la fin, vous n’êtes pas vraiment susceptibles d’en parler. C’est banal, même si vous n’en attendiez rien de plus.
Si à l’inverse le caissier se trompe sur le prix d’un produit, puis vous dit “je ne peux rien faire, allez en caisse centrale svp…” alors là vous allez avoir les clavicules qui se touchent ! Et vous serez plus susceptible de vous plaindre et de raconter votre expérience.

C’est rageant, non ? Si tout se passe bien, vous ne dites rien, si une seule chose va mal, vous vous plaigniez !

Maintenant, imaginez que vous êtes en caisse, que tout se passe bien, mais qu’à la fin le caissier vous aide à mettre les produits dans vos sacs, avec le sourire, et en vous donnant un conseil de cuisine sur l’un des produits que vous avez achetés… vous seriez quand même assez surpris pour être susceptibles d’en parler, non ?

Travailler sur l’expérience candidat, c’est s’assurer que chaque candidat aura une expérience mémorable, peu importe l’issue du recrutement.

L’offboarding

Parce que vos meilleurs ambassadeurs sont des collaborateurs qui partent en bons termes et heureux, il est de votre responsabilité d’accompagner au mieux la transition et les derniers jours d’un salarié. Pour lui, et pour ceux qui restent.

Et vous, avez-vous d’autres chantiers Recrutement prévus cette année ? Un passage de notre article vous a interpellé ? Racontez-nous !

Répondre à l'article