Je suis recruteur, comment devenir manager ?

Cette question m’a été posée par une personne expérimentée en recrutement, qualifiée dans son domaine : « Je me sens trop opérationnelle, et je ne sais pas comment prendre de la hauteur dans mon activité. Dans ces conditions, comment pouvoir préparer mon évolution future vers un poste de manager ? »

Quelle est la meilleure façon pour un recruteur de devenir manager ?

Manager en recrutement peut vouloir dire deux choses : 

  • Manager de personnes, d’une équipe ou d’un service recrutement,
    OU
  • Manager au sens de : responsable de la stratégie de recrutement.

Souvent les deux vont ensemble, à part dans les très petites structures n’ayant qu’une seule personne responsable de l’activité de recrutement (et donc personne à manager), ou bien dans les entreprises suffisamment grosses pour avoir mis en place des postes de « Team Leader Recrutement ».  

En gardant cette notion à l’esprit, tentons de désamorcer certaines idées reçues sur le management : 

Il ne faut pas avoir peur d’être trop marqué « terrain » ! 

Certaines personnes opposent terrain et stratégie. Or pour un recruteur c’est sur le terrain que se prennent les informations nécessaires à l’évolution de la stratégie de recrutement. C’est en accompagnant les opérationnels et en échangeant avec eux que vous allez grandir. Il faut comprendre leurs enjeux, leurs besoins, leurs peurs, leurs contraintes, leurs envies et leurs espoirs. Il faut comprendre l’écosystème dans lequel chacun de vos collaborateurs actuels évolue pour pouvoir trouver les leviers qui vont améliorer le business.

Car au final le rôle d’un responsable recrutement, c’est avant tout d’apporter des solutions pour répondre à des problématiques business. Rester dans un bureau façon tour d’ivoire ne vous le permettra pas.

Le mot « stratégie » est très souvent galvaudé  

Beaucoup de personnes emploient le mot « stratégie » pour en fait désigner un mode opératoire très opérationnel.

Qu’est-ce qu’une stratégie ?

Le Larousse nous dit : “Art de coordonner des actions, de manœuvrer habilement pour atteindre un but.”  

Monter une stratégie signifie que l’on part avant tout d’un but (qui est un enjeu business), que nos efforts vont permettre d’atteindre. La stratégie va impliquer des actions et des manoeuvres, donc des actes opérationnels, qui vont avoir lieu sur le terrain. Enfin, la stratégie va nécessiter de mettre en oeuvre et coordonner avec habileté ces actions opérationnelles.  

Une bonne stratégie demande donc de prendre de la hauteur, mais de rester extrêmement connecté avec le terrain.   Monter une stratégie ne veut pas dire faire nécessairement quelque chose de complexe, ou avoir un gros budget pour mener des actions : monter une stratégie signifie qu’il faut mettre en place les actions nécessaires à l’obtention d’un résultat.

« On n’est pas manager à moins d’encadrer un nombre de X personnes ».   

La vérité est qu’on est manager à partir du moment où l’on a la responsabilité de la montée en compétences et des résultats d’une personne. Que l’on ait le titre ou pas importe peu.

J’ai encadré des équipes allant jusqu’à 7 personnes, et les deux dimensions constantes que j’ai retrouvées à chaque fois sont les deux niveaux d’action : individuel et collectif.

On aide une personne à s’améliorer de manière individuelle. On coordonne un collectif pour les aider atteindre les résultats ensemble (dans le cadre de la stratégie évoquée plus haut). 

Les meilleurs managers sont ceux qui vont se positionner en tant que coach en individuel, et en tant que chef d’orchestre en collectif.

On ne peut pas tout faire soi-même. Un chef d’orchestre ne joue pas de chaque instrument lui-même. Et il n’est pas expert de tout, il a dans son équipe essentiellement des personnes qui connaissent mieux leur métier que lui.

Etre un très bon recruteur ne veut pas dire que l’on sera un très bon manager

Les qualité nécessaires pour être un bon recruteur (…) ne sont pas les mêmes que celles nécessaires pour être un bon manager, même s’il est possible de développer/posséder les deux portefeuilles de compétences et d’exceller dans les deux domaines. La transition n’est pas naturelle et peut même mener à de nombreuses contradictions.

Le manager est au service de son entreprise et de sa direction, mais pas que. 

C’est vrai, mais jamais au détriment de son équipe ou de ses candidats. Dans beaucoup d’entreprises, le recrutement est vu comme une variable d’ajustement au business (« On n’a trop de turnover ? Il faut recruter plus ! »), et les recruteurs sont parfois perçus de la même manière par extension. Or nous travaillons avec de l’humain, nos candidats ne sont pas des parpaings que l’on pose ou que l’on démolit en fonction des besoins. 

C’est le rôle d’un manager que d’apporter des solutions à l’entreprise, mais c’est aussi sa responsabilité de protéger son équipe lorsque les requêtes vont à l’encontre des principes éthiques auxquels sont confrontés les recruteurs. 

L’entreprise n’est pas un « grand méchant » et les recruteurs tous de « gentils oursons ». En revanche tous les opérationnels et dirigeants de l’entreprise n’ont pas forcément en tête ce qu’on peut faire et ce que l’on ne peut pas faire dans le cadre d’un recrutement, car ils n’y sont pas confrontés en direct au même titre que les recruteurs. 

Savoir dire non est important, et aider les managers à comprendre votre activité et vos contraintes par un accompagnement suivi est tout aussi important.

La prise de hauteur vient avant tout par le rôle de conseil  

Si vous voulez prendre de la hauteur, accompagnez d’avantage vos hiring managers. Et n’hésitez pas à challenger les décisions RH lorsque vous l’estimez nécessaire et que ça impacte votre périmètre.

Prendre de la hauteur signifie également sortir de « l’état agentique » – i.e. le fait d’être l’agent qui exécute une volonté externe – qui vous retire toute responsabilité, et de devenir responsable de votre propre activité.   Attention, cela n’est pas un appel à la rébellion ! Sortir de l’état agentique signifie que vous devez être capable d’être force de proposition sur des décisions qui impactent votre activité.

Si vous êtes très terrain, vous êtes sans doute un expert dans votre activité. Alors à vous d’utiliser cette expertise pour apporter des solutions et devenir réellement responsable de vos actions et de vos résultats.

Comprendre, conseiller, apporter des solutions sont les actions clés pour évoluer vers un poste de manager en recrutement. 

WorkMeTender peut vous aider à monter en compétences par le coaching, l’accompagnement et la formation. Contactez-nous !

Répondre à l'article