Changer le recrutement : une question de pratiques ?

WorkMeTender a 6 ans. Et sa mission n’a pas changé d’un iota.

En Juin 2011 j’ouvrais mon blog WorkMeTender, qui s’appelait encore à l’époque Le Blog du Recruteur.

Depuis, vous avez été des centaines de milliers à venir lire ma logorrhée sur le recrutement ! 

Merci pour ce suivi, qui est exceptionnel pour un site de si petite taille et dont le contenu n’est pas mis à jour tous les mois.

Sa mission n’a pas changé. Son approche, si.

En 2011, je voulais démystifier les rapports entre candidats et recruteurs. J’ai d’abord pensé conseiller à chacun de s’adapter aux attentes de l’autre pour faciliter le dialogue. J’ai vite compris que pour que recruteurs et candidats se comprennent mieux, ce n’était finalement pas une question de communication. C’était tout bonnement une question de pratiques.

 

On a longtemps considéré le recrutement comme brisé en France. Cette époque est finie.
Certes les bonnes pratiques sont encore loin d’être monnaie courante, cependant la dynamique a changé :

1. Le recrutement a été revalorisé.

Le recrutement n’est plus le parent pauvre des RH. C’est un métier à part, avec ses spécificités et ses compétences d’experts.

2. Les traditions archaïques et désuètes se brisent

Les jeunes recruteurs n’écoutent plus aveuglément les conseils de leurs ainés qui ont “toujours fait comme ça” et cherchent à améliorer leur pratique spontanément.

3. La science est entrée dans le recrutement

Jadis une discipline exercée au “feeling” (le mot classe pour dire “au pif), le recrutement s’est rationnalisé.
Les opérations de recrutement ont des objectifs précis et des stratégies dédiées.
Les entretiens de recrutement sont standardisés et centrés sur les compétences.
Les outils de marabout comme la graphologie et le rorschach ont quitté les bureaux des recruteurs.
Le discipline s’inspire des faits tangibles pour s’améliorer (découvertes en psychologie sociale, méthodes issues de la psychométrie, études marketing et sociologiques, appui de la data…).

4. Le métier s’est ouvert

On s’inspire désormais des autres métiers (marketing, commercial, copywriting)

5. La frontière entre cabinets de recrutements et recruteurs internes est devenue poreuse

De plus en plus d’entreprises se dotent de cabinets internes pour outiller leur fonction recrutement. De l’autre côté, de plus en plus de cabinets s’intéressent aux questions de marque employeur et commencent à développer une stratégie “marque blanche” pour leurs clients.
Beaucoup de recruteurs font des allers et retours entre les deux mode d’exercice de la pratique durant leur carrière.

6. La communauté s’est fédérée

Les professionnels du recrutement ont quitté leurs tabous et échangent désormais librement entre eux, grâce aux événements #Tru (tel que TruParis), aux meetups dédiés ou même aux discussions en ligne.

7. La formation devient réelle

Tous les recruteurs se font formés sur le tas. Même si certains ont pu avoir la chance d’avoir une formation plus ciblée (je pense notamment au Master de Psychologie du Travail de Paris Descartes, Big up !), le recrutement a longtemps été un métier ou arrivaient RH, commerciaux, juristes et psychologues (ou autres) un peu par hasard, et apprenaient le métier en l’exerçant.
Les formations RH se dotent de réels cours de recrutement orienté “Acquisition de Talents”, i.e le Celsa (full disclosure : c’est moi qui les fais 😀 ).
La formation continue devient outillée par des experts passionnés (i.e mes amis talentueux de chez Link Humans).
Et l’on aura même bientôt droit à la première vraie Ecole du Recrutement !

8. On peut recruter et être heureux

Le métier a des choses à apporter à ceux qui l’exercent. Ce n’est plus un métier administratif fait de tri de CVs et de bagarres avec les opérationnels : c’est un métier fait de stratégies innovantes et de collaborations avec l’ensemble des équipes de l’entreprise. Il répond aujourd’hui à un besoin de stimulation intellectuelle et sociale que possèdent les meilleurs recruteurs. Et c’est un beau métier.

 

Alors…

A nos candidats, qui en attendent souvent tellement de nous qu’ils en viennent à ne plus rien attendre,
A ceux qui reçoivent une offre et qui nous disent “faut que j’en parle à ma femme”,
A ceux que l’on a chassé comme un détective privé,
A ces candidats qui nous ont plantés,
A ceux qui ont pleuré de joie,
A ceux que l’on suit de si près qu’ils sont devenus nos amis,

A nos managers opérationnels, pour qui l’on n’ira jamais assez vite,
A ceux qui pensent que les candidats se jettent à nos pieds pour entrer dans l’entreprise,
A ceux qui prennent le temps de nous expliquer leur métier en le vulgarisant,
A ceux qui nous aident à sourcer et évaluer les meilleurs,

A tous ceux qui font vivre ce métier, et qui prennent le temps de venir lire WorkMeTender et partager leur expérience,

Merci. 

On se retrouve bientôt. Bel été à tous !

Jean-Marie

A bientôt

Une réflexion au sujet de « Changer le recrutement : une question de pratiques ? »

Laisser un commentaire